L’histoire des cartes du tarot

L’histoire des cartes du tarot

Les cartes du tarot sont d’abord issues des cartes à jouer apparues en Italie au cours du XVe siècle. C’est dans l’Italie du Nord que le tarot prend véritablement tout son sens, les plus anciennes cartes qui ont pu être retrouvées sont celles appartenant à la famille Visconti.

Mais lorsque l’on parle de tarot de Marseille, il s’agit avant tout d’entrer dans une véritable symbolique par rapport aux couleurs et à la signification des cartes. Depuis le XVIIIe siècle, le tarot de Marseille est automatiquement associé à la taromancie, permettant de pratiquer un art ésotérique pour obtenir des réponses sur son avenir. C’est depuis Papus que l’appellation tarot de Marseille a véritablement pris son sens avant d’être popularisé à partir des années 30 grâce à Paul Marteau.

Il est à mettre en corrélation avec le tarot belge symbolisé avec des couleurs latines qui a très longtemps coexisté avec le tarot existant en France. Il ne faut pas le confondre avec le tarot bruxellois qui désigne cette fois-ci des couleurs plutôt françaises et son origine remonte comme son nom l’indique à la ville de Bruxelles.

L’apparition du tarot en Italie

C’est dans la péninsule italienne du nord du pays que le tarot est apparu au cours du XVe siècle. Dans la Lombardie, les tarocchi constituent les premiers prototypes du jeu de tarot moderne.

En France, le tarot a été introduit par les soldats au cours de l’invasion italienne menée par Charles VIII et par Louis XII. Les premières références au jeu de tarot s’établissent à Avignon autour de 1505 selon les différentes recherches effectuées par Thierry Depaulis. Mais si des informations suggèrent que ce soit plutôt les Français qui ont importé le jeu de tarot en Italie, la légende reste avant tout italienne.

Un jeu de tarot datant de 1557 est aujourd’hui conservé, représentant le plus ancien jeu de tarot de l’époque. C’est celui du tarot de Catelin Geoffroy avec encore 38 cartes présentes à Lyon. Parmi ces différentes particularités, il utilise les enseignes latines mais se reporte plutôt au substitut des perroquets, des lions et des paons.

les origines du tarot

Le développement du jeu de tarot au cours du XVIIe siècle

À cette époque, trois jeux de tarot sont directement répertoriés notamment le tarot de Paris. Ce jeu commence progressivement à s’éloigner des jeux de cartes italien plus traditionnelles en définissant leur propre identité. Puis au XVIIIe siècle, d’autres exemplaires font leur apparition malgré un déclin progressif du jeu de tarot au niveau de la capitale. C’est surtout en Provence qu’il est encore pratiqué. Au XIXe siècle, l’utilisation du tarot est utilisée par Lequart sous le nom de tarot italien. Du côté de Marseille, Jean-Baptiste Camoin récupère la production de cartes pour moderniser son jeu. Il s’inspire directement de la fabrique de Nicolas Conver pour utiliser une palette de couleur plus restreinte mais adaptée à la production industrielle.

L’origine dévoilée du tarot de Marseille

De très nombreuses expressions, on estime que l’apparition du tarot de Marseille remonte à la nuit des temps. C’est bien évidemment une expression qui est totalement erronée et d’ailleurs le tarot n’a pas été créé initialement à des buts divinatoires. Il s’agissait ni plus ni moins que d’un jeu de cartes pour se divertir. C’est par la suite que la divination est entrée en vigueur lui permettant d’obtenir une autre variante.

Le tarot ésotérique tel que nous le connaissons actuellement à pris une forme définitive en 1780. Nous le devons grâce au français Antoine Court de Gébelin en le présentant sous la forme mystique dû à l’influence égyptienne qui en réalité aucun rapport par rapport à ce tarot. Cette théorie et ce jeu fut ainsi repris pour se tourner définitivement vers une cartomancie beaucoup plus moderne. Au début du XXe siècle, Arthur Edward Waite popularisa son jeu Rider-Waite particulièrement réussie et tout autant utilisé à notre époque actuelle. Ces différents ouvrages ont contribué à développer la connaissance et la pratique du tarot de Marseille, aujourd’hui la pratique est devenue parfaitement accessible grâce à de nombreux ouvrages et à l’explosion d’Internet, cela nécessite pour autant de réelles connaissances pour pouvoir le pratiquer comme il se doit.

le tarot et son histoire

Aujourd’hui, il existe de très nombreuses variantes dans le tarot, bien qu’en France le tarot de Marseille soit le plus connu, il ne représente aucunement une obligation de l’utiliser. Il existe différentes façons de s’initier aux arts divinatoires, et encore une fois il est préconisé de le faire par rapport à votre ressenti. Le tarot indien, tarot des anges, tziganes, Égyptiens, Wicca et bien sur le tarot de Marseille ne sont que différentes variantes existantes. Le principe reste toujours le même, l’interprétation des cartes se fait par rapport à la symbolique et par rapport à la question initiale qui vous intrigue. L’aspect psychologique et l’approche technique sont des éléments essentiels pour être en mesure de fournir une réponse parfaitement adaptée.

Si vous êtes débutant dans la pratique du tarot, le tarot de Marseille constitue un point de départ absolument essentiel et indispensable. Sachez qu’il n’y a pas de vérité absolue et que parfois certaines réponses peuvent vous surprendre. Mais il s’agit avant tout d’une question d’interprétation et de connaissances, vous allez systématiquement apprendre à mieux vous connaître en envisageant des situations que vous n’aviez pas prévues au préalable.

Bien que sur Internet il existe de très nombreux tutoriels pour apprendre le tarot, je vous conseille directement d’utiliser un livre, ce qui vous permettra d’avoir un véritable guide avec des exemples concrets. De plus, sur Internet les propos sont souvent déformés et l’interprétation laisse souvent à désirer. Concernant les différentes vérités, les nombreuses mythes tournant autour du tarot, il ne faut pas s’arrêter aux premières idées reçues mais le pratiquer par vous-même pour faire votre propre opinion. Même si l’histoire du tarot ne fait pas l’universalité, cela n’en demeure pas moins une discipline particulièrement efficace pour apprendre à mieux vous connaître ou pour aider les autres.

N’oubliez jamais qu’il ne s’agit pas d’une science avec une vérité absolue mais plutôt d’un art comme un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *